FICHIER 6C3

DEPOT DES MAIRIES DE PARIS

FICHIER DES COMBATTANTS DE 1830

SUSCEPTIBLES DE RECEVOIR DES INDEMNITES

Fichier réalisé à partir des dossiers VD6 déposés aux archives de Paris



Fichier croisé 6C3


Source :


Archives de Paris, Dépôt des mairies, Liste des combattants de 1830 susceptibles de recevoir des indemnités.


Contenu :


Riche de 119 entrées, le fichier 6C3 apporte le maximum de précisions sur ces acteurs obscurs qui surgissent ici de l’anonymat ; il s’agit de combattants insurgés, blessés au cours du soulèvement, qui estiment que la nation leur doit des indemnités. Se reporter au fichier 6C2 qui est complémentaire.


Les informations sont les suivantes : nom et prénoms du demandeur, profession, adresse, date et lieu de naissance. Tous exercent une profession qui entre dans les critères retenus.


Historique :


Le 27 juillet 1830, comme lors du 14 juillet 1789 ou du 10 août 1792, la population parisienne se soulève en faveur des libertés politiques menacées. En trois jours de combat dans les rues étroites, Paris est aux mains des insurgés, peuple et bourgeois républicains unis dans la lutte : les boutiques des armuriers sont pillées, on dépave les rues, on arrache les arbres, on élève des barricades et les soldats qui tentent de forcer le passage sont bombardés par une pluie de meubles et de tuiles lancés des fenêtres et des toits. Le drapeau tricolore soulève l’enthousiasme. Charles X accepte trop tardivement les concessions exigées ; il est contraint d’abdiquer. Cependant le parti républicain voie la victoire lui échapper, escamotée par les orléanistes qui, par surprise, portent Louis-Philippe d’Orléans au pouvoir, avec le titre de « Roi des Français » dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle.


Lors de ces journées de juillet, le peuple de Paris, cantonné dans un rôle passif depuis le début de l’Empire, était rentré en scène. Le renversement des Bourbons eut un grand retentissement et la diffusion souterraine des idéaux socialistes et communautaires constitua un ferment fécond en Europe.
Avec les « Trois Glorieuses » s’ouvrait l’ère des espérances populaires.


M. G.


6C3_1.jpg
6C3_2.jpg